Le baromètre 2018 des Smart Cities en Belgique est paru ! Pour la deuxième année consécutive, le Smart City Institute de HEC Liège a publié son rapport. L’étude porte sur la stratégie et les priorités Smart City des communes belges. A l’occasion, 123 communes ont été consultées.

Chez CitizenLab, nous avons lu pour vous le rapport en se concentrant particulièrement sur la place actuelle du citoyen dans la ville intelligente en Belgique. Voici ci-dessous ce qu’il nous apprend.

Smart City & participation citoyenne vont de paire dans l’imaginaire communal

Lorsque l’on demande aux communes belges ce qu’elles comprennent quand on fait référence à la Smart City, les réponses sont variées mais parmi les associations qui reviennent en premier, on retrouve le renforcement de participation inclusive des communautés (citoyens, acteurs publics et privés) à égalité avec le développement d’une vision globale des enjeux de la commune, à 59%. On note que cette compréhension est encore plus exacerbée dans les communes rurales, où la participation inclusive est vue comme l’enjeux principal (à 62%).

Source: Smart Cities en Belgique - Baromètre 2018Au niveau de la répartition territoriale, c’est en Flandre (à 60%) et en Wallonie (57%) que cette association Smart City et participation est la plus forte. Dans la Région de Bruxelles-Capitale, c’est l’amélioration de la qualité de vie, de la planification et de l’exécution des projets, ainsi que la digitalisation de la ville qui sont citées en priorité dans leur compréhension de la Smart City.

Le soutien politique de la commune : prérequis crucial à une stratégie Smart City participative

L’implémentation d’une stratégie Smart City n’est pas chose aisée : selon le baromètre, en Belgique, seulement 35% des communes possèdent des objectifs Smart City dans leur stratégie globale. Toutefois, l’étude montre qu’il y a des contextes qui facilitent la mise en place de cette stratégie, l’un d’entre eux étant le soutien politique des communes. L’étude montre notamment que les communes soutenues politiquement impliquent de façon plus active les différentes parties prenantes, dont le citoyen, et se sentent plus avancées dans la mise en place d’une démarche Smart City. C’est particulièrement le cas en Wallonie.

Source: Smart Cities en Belgique - Baromètre 2018

En Flandre et dans la Région de Bruxelles-Capitale, c’est le développement d’une vision partagée qui reste le prérequis numéro un.

La gouvernance participative : un des thèmes prioritaires de la Smart City

Parmi les 18 possibilités de thèmes proposées dans l’étude, c’est la gouvernance et la participation citoyenne qui arrive au premier rang de la priorisation des thèmes Smart City, à égalité avec l’optimisation énergétique, à 44%. C’est d’ailleurs le thème le plus important selon les communes de la Région Bruxelles-Capitale (à 75%), et le deuxième pour les communes wallonnes (à 51%) en particulier dans les provinces de Namur et du Brabant Wallon.

baromètre smart city 2018 hec liege citizenlab

Source: Smart Cities en Belgique – Baromètre 2018

Et dans les faits ? L’analyse du baromètre porte aussi sur la réalisation effective de projets dits « Smart City » par les communes. C’est dans les communes urbaines qu’on note le plus grand nombre de projets portés sur les décisions participatives et l’administration 2.0 (Smart Governance). Il est intéressant de noter que c’est l’inverse qui se produisait lors du questionnement sur la compréhension de la Smart City, à savoir que les communes rurales y associait principalement une participation inclusive. Dans les faits, les communes rurales se concentrent plutôt sur les thématiques de l’environnement (Smart Environment) et qualité de vie (Smart Living).

L’évaluation citoyenne de ces initiatives Smart City reste le fait d’une minorité de communes

Globalement, peu de communes ont déjà mis en place un système d’appréciation de leurs projets Smart City. Et parmi celles qui le font déjà, l’implication citoyenne dans cette évaluation reste limitée : Seulement 19% des communes interrogées impliquent le citoyen dans l’évaluation des projets. On note que les communes rurales sont davantage disposées à impliquer les citoyens dans l’évaluation de ces projets, contre seulement 16% pour les communes urbaines. Toutefois, certaines provinces wallonnes en font leur moyen d’évaluation principal : celle de Liège, à 32% et celle du Luxembourg, à 23%.

Conclusion : la Smart City, une approche résolument citoyenne de la commune belge

Lorsqu’il est temps d’évaluer quels bénéfices les communes retirent de la mise en place d’initiatives Smart City, le constat se découpe en trois types de bénéfices :

–       Intangibles : la qualité de vie, la santé, la culture et l’implication citoyenne

–       Réduction des coûts : grâce à la rationalisation des coûts et des ressources

–       Aucun bénéfice : les communes n’ont noté aucune retombée significative

Pour 36% des communes belges, ce sont des bénéfices intangibles qui sont le plus observés, et qui incluent donc une augmentation de l’implication citoyenne. C’est surtout le cas dans les communes urbaines : c’est le bénéfice principal pour 40% d’entre elles.

baromètre 2018 smart city citoyens

Source: Smart Cities en Belgique – Baromètre 2018

En Belgique, les autorités publiques restent les principales instigatrices de ces projets, selon une logique descendante (Top-Down). Toutefois, des acteurs civils impulsent aussi la démarche, dans une logique ascendante (Bottom-up), ce qui est encouragé par les communes : citoyens, universités et autres acteurs privés sont incités à lancer de tels projets afin de développer un écosystème Smart City plus homogène.

Source: Baromètre belge 2018, Stratégies et Projets Smart City en Belgique par le Smart City Institute, paru en Juin 2018.

There are currently no comments.