Le budget participatif est un outil politique innovant qui permet d’impliquer les citoyens dans les décisions politiques. Le premier budget participatif a été crée en 1989 au Brésil et depuis, plus de 1 5000 budgets participatifs ont été crées sur 5 continents.

Carte des budgets participatifs dans le monde

Source: Sintomer et al. (2010)

A propos du budget participatif

Grâce à un budget participatif, les citoyens peuvent distribuer les resources, donner la priorités à certaines politiques sociales et superviser les dépenses publiques. N’importe quelle administration locale, peu importe son nombre d’habitants, peut adopter un budget participatif.

Comment tout a commencé?

En 1989, à Porto Alegre, le Parti des Travailleurs, un parti progressif, gagne les elections municipales grâce à une campagne prônant l’engagement citoyen et la démocratie participative. Le parti instaure un budget participatif afin que les citoyens non-élus puissent décider comment distribuer les dépenses publiques. Les citoyens de redistribuer les ressources afin que les régions et les quartier les plus défavorisés reçoivent un financement public plus important.

Ce type de budget participatif donne aux citoyens  un pouvoir de décision au niveau local, de co-decision au niveau de l’agglomération et un pouvoir de contrôle à tous les niveaux. Pour rendre le processus plus simple, les citoyens sont regroupés par quartiers. De plus,  les projets sont hiérarchisés selon leur degrés de priorité et thèmes tels que le logement, les infrastructures urbaines, la santé, l’éducation, la jeunesse, la culture, le sport,…

La municipalité de porto Alegre adopta le budget final et, en coopération avec les citoyens, surveilla les progrès des projets en cours de réalisation.

Hollie Gilman sur le sujet des budgets participatifs

Le succès de cette première experience à Porto Alegre fût si grand que la Banque Mondiale et le Programme des Nations Unies pour le Développement ont qualifié le budget participatif de meilleur pratique en matière d’innovation démocratique.

Hollie Gilman on Participatory Budgeting, Pt. 1 -Feature

Hollie Gilman on participatory budgeting. Funded by the John S. and James L. Knight Foundation and housed at New York University, the GovLab Academy is a free, online community for those interested in teaching and learning how to work more collaboratively to solve public problems that improve people’s lives.

Combien de budgets participatifs existent-ils aujourd’hui?

En Amérique latine

A Porto Alegre, le nombre de citoyens collaborant au budget a très vite augmenté : en 1990, presque un millier de citoyens ont participé et en 1992 presque 8000. De plus, le nombre de budgets participatifs est monté en flèche au Brésil: deja en 2008, il y avait environ 200 budgets participatifs en place et 41% des villes de plus de 100 000 habitants en avaient un. Au final, en 2010, environ  900 villes sur 16 000 l’avaient adoptées.

En Europe

[clickToTweet tweet= »Entre 2005 et 2012, 8 millions de citoyens européens ont pris part à un budget participatif » quote= »Entre 2005 et 2012, le nombre de budgets participatifs est passé de 55 à 1300. 8 millions de citoyens européens ont pris part à un budget participatif »]

Pourquoi adopter le budget participatif?

Budget participatif

Pourquoi un budget participatif?

1) Engager les citoyens

De plus en plus de citoyens veulent que leurs gouvernements locaux soient plus ouverts et transparents. Un budget participatif rend les dépenses publiques transparentes et permet aux citoyens de décider et de surveiller la distribution des ressources eux-mêmes. Ainsi, les citoyens sont plus enclin à échanger avec leur municipalité. De plus, pour convaincre les citoyens de participer, une ville ou une commune peut exploiter la volonté des citoyens de payer leurs impôts. En mettant en place une telle initiative en matière de transparence fiscale et d’engagement citoyen, les élus renforcent leurs chances de réélection.

2) Meilleure répartition des ressources

Les budgets participatifs peuvent promouvoir la justice sociale. En effet, les gouvernements locaux peuvent créer un index de qualité de vie pour distribuer les ressources de manière plus efficace. Cet index identifie les regions et les quartiers les plus défavorisés afin que la ville sache lesquels ont le plus besoin de resources. De plus, avec un index, le gaspillage est moins probable.

3) Donner du pouvoir aux citoyens

D’une part, un budget participatif nécessite que les citoyens soient éduqués en matières de ressources financières, enjeux et politiques locales. De plus, les citoyens peuvent en apprendre beaucoup sur le fonctionnement des autorités locales en participant à l’élaboration de ce budget. Une fois que les citoyens sont mieux informés, ils sont plus investis. Ils apprécient pouvoir décider comment l’argent de leur impôt est dépensé. Par conséquent, ils ont plus de pouvoir et veillent à ce que leur argent soit reparti judicieusement. D’autre part, si les villes utilisent une plateforme numérique pour mettre en place un budget participatif, les citoyens et leurs élus peuvent aussi acquérir des connaissances en matière de civic technologies.

Budget participatif, un outil au service de la participation citoyenne

La première raison pour créer un budget participatif à Porto Alegre était de restaurer une justice sociale après des années de dictature. Le processus fût particulièrement fructueux et depuis, des budgets participatifs ont été mis en place partout dans le monde.

En Europe, c’est l’outil de choix d’un gouvernement local, d’une ville ou d’une commune qui veut stimuler la participation citoyenne. Grâce à lui, elle peut créer une relation de longue-durée basée sur la transparence avec ses citoyens. De plus, elle peut donner plus de pouvoir à ses citoyens à travers leur éducation, participation et surveillance.

Cet article fait partie d’une série sur le budget participatif. Dans le prochain article, nous vous donnerons des conseils sur comment mettre en place votre propre budget participatif.

There are currently no comments.