Selon une récente étude à l’université de Cardiff, la France est loin derrière l’Allemagne, le Royaume-Uni et la Norvège en participation citoyenne. Comment peut-on expliquer ce retard et surtout comment la France peut-elle le rattraper ? 

Trop peu de participation citoyenne en France ?

mauvais eleve de participation citoyenneLa France à encore un long chemin à faire pour rattraper ses voisins en ce qui concerne la participation citoyenne. L’université de Cardiff a interrogé plus de 2500 administrateurs publics en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et en Norvège, l’étude a conclu que la France avait la plus faible participation citoyenne.

  • France

Le gouvernement français, hérité de l’organisation napoléonienne, est très centralisé. Les autorités locales et régionales ont une autonomie limitée. Les cibles des politiques mises en place sont décidées par des agents administratifs et les citoyens sont rarement invités à participer au débat public en dehors des élections démocratiques. Pour toutes ces raisons, la participation citoyenne est limitée. Les instances politiques doivent ouvrir de nouveaux canaux de communication directe avec leurs citoyens.

  • Allemagne

L’Allemagne est le pays ou la participation citoyenne est la plus développée. Son système fédéral lui permet d’avoir un système politique collaboratif ou les citoyens sont représentés. Le gouvernement les encourage à participer aux débats politiques à tous les niveaux (fédéral, régional et local). Il organise, par example, des référendums locaux, des forums citoyens et des comités citoyens. Le système fédéral se prête donc plus à la participation citoyenne qu’un système centralisé. Comment est-ce que la France, malgré son système centralisé, pourrait-elle promouvoir la participation citoyenne ? 

Le modèle scandinave?

En Norvège, le gouvernement est centralisé comme en France. Cependant,  les autorités locales ont plus de pouvoirs et le système politique est collaboratif. Pour co-créer avec ses citoyens malgré un gouvernement centralisé, la Norvège a fait appel aux plateformes numériques.

Minsak plateforme de participation citoyenne

Sur Minsak, les citoyens peuvent poster des idées pour améliorer leur municipalité. Ces idées fonctionnent comme des pétitions qui doivent ensuite être signées par au moins 2% des riverains pour être portées à l’attention de la mairie. Les citoyens peuvent aussi débattre de ces idées et les partager sur les réseaux sociaux et par mails.

  • Les trop rares plateformes de participation citoyenne françaises

Certaines communes sont conscientes de l’importance de la participation citoyenne et ont déjà mise en place des initiatives pour co-créer avec leurs citoyens. Cependant, ces initiatives restent, à ce jour, des cas trop souvent isolés ou limités.

Le budget participatif, Grigny (69) et Paris (75)

Budget participatif Paris

De 2006 à 2014, dans la commune de Grigny (69), les Grignerots ont voté eux-mêmes l’allocation du budget d’investissement de leur commune. Au préalable, ils ont également pu proposer des idées et décider collectivement des projets qui seraient mis en œuvre par la commune.

Cette initiative a également été mise en place par la maire de Paris depuis 5 ans. Cependant, cette initiative reste limitée. En effet, le budget participatif ne représente que 5% du budget d’investissement de la ville sur cette même période qui lui ne représente que 20% du budget total d la ville.

La gouvernance collégiale, Saillans (26)

La gouvernance collégiale SaillansEn 2014, dans la commune de Saillans, la liste municipale ayant remporté les élections avait co-crée son programme avec les citoyens de la ville. Depuis, la commune prend ses décisions collectivement. Les citoyens peuvent participer à travers des commissions participatives thématiques pour définir les actions et les priorités de la mairie. Ensuite, des groupes Action-Projet travaillent à mettre en ouvre ces actions concrètement.

Le succès de ces initiatives montre bien que les citoyens français sont désireux de co-créer avec leurs mairies et que les mairies sont capables de les inclure dans leurs projets. Cependant, certaines villes n’ont pas nécessairement les moyens de Paris pour développer ces plateformes elles-mêmes.

Une plateforme de co-création accessible?

CitizenLab est une plateforme de co-création personnalisable et facile à mettre en place. Elle est déjà utilisée par plus d’une quinzaine de villes et rend la participation citoyenne accessible à tous.

Plateforme numérique de participation citoyenne

  • Mobiliser plus de citoyens

Notre plateforme permet de mobiliser plus de citoyens que les méthodes traditionnelles hors ligne et, surtout, une population plus jeune. En effet, entre 40 et 50% des utilisateurs de la plateforme ont entre 18 et 30 ans.

  • Facile d’utilisation

De plus, la plateforme est très facile d’utilisation et peut être activée en deux jours. Elle est personnalisable pour s’adapter aux besoins de chaque ville. Tout ce que les communes ont à faire c’est de poster leurs projets en cours ou futurs sur la plateforme.

Celle-ci les guide en leur permettant de définir un cadre spatio-temporel pour leurs projets. Ensuite, la plateforme collecte des données elle-même comme le nombre de citoyens inscrits sur la plateforme, le nombre de nouveaux projets, de commentaires et de votes. Les mairies peuvent simplement consulter leur tableau de bord pour consulter ces résultats.

  • Co-créer avec succès

La plateforme CitizenLab est déjà utilisée par plus de quinze villes, a déjà permis de mobiliser 20 000 citoyens et de générer plus de 1000 propositions.

Qu’attendent donc les communes françaises pour se lancer dans la co-création ? Demandez votre demo!

EnregistrerEnregistrer