En 2021, la municipalité de Charenton-le-Pont a lancé avec succès une grande consultation sur son plan vélo, dans le cadre du développement de la démocratie participative dans cette commune du Val-de-Marne de 31 000 habitants. Céline Khiari, chargée de mission Démocratie participative et citoyenneté, nous explique comment la transversalité entre les différents acteurs du projet et l’hybridation des méthodes participatives permettent de réaliser des projets de participation citoyenne ambitieux.

Céline Khiari

Pour cette série d’articles consacrée aux ambassadeurs de la participation citoyenne dans nos collectivités locales, Céline Khiari a accepté de partager son expérience à Charenton-le-Pont et ses conseils pour tous ceux qui souhaitent mettre en place une plateforme de participation citoyenne dans leur collectivité. 

CitizenLab – Pourquoi la participation citoyenne vous semble importante, et en particulier à l’heure du numérique ?

Céline Khiari – La participation citoyenne a un rôle clé à jouer pour construire avec les Charentonnais la ville de demain. Il est important de pouvoir échanger avec l’ensemble des habitants, surtout en cette période de crise sanitaire, c’est pourquoi la Municipalité, et en particulier le Maire, Hervé Gicquel, et l’élu en charge de la Démocratie participative, Fabien Benoit, ont décidé de mettre en place une plateforme de participation en ligne baptisée la Fabrique Citoyenne. Le Plan Vélo Communal a été une bonne occasion pour se lancer, avec un sujet qui touche le quotidien des habitants et les problématiques très actuelles de mobilité et de développement durable des villes. 

Bienvenue à la Fabrique Citoyenne de Charenton-le-Pont !

CL – Quels conseils donneriez-vous aux responsables de collectivités qui réfléchissent à lancer un projet de participation citoyenne en ligne ?

La participation citoyenne en ligne permet avant tout de compléter des rencontres de terrain mais aussi de pallier à l’impossibilité de se rencontrer en présentiel. Le contexte actuel laisse entrevoir que ces méthodes nouvelles sont là pour un moment et se pérenniseront à long terme. À Charenton, il est intéressant de noter que Fabien Benoit est à la fois délégué à la démocratie participative et en charge du numérique.

Notre service, comme la Direction de la communication, est rattaché au cabinet du Maire ce qui facilite la transversalité avec les services et les élus. Sous l’impulsion d’Aurélia Girard, conseillère municipale, en charge de la transition écologique et grâce à la mobilisation des équipes pluridisciplinaires sollicitées, le projet de plan vélo a été construit en quelques mois seulement ! 

Ensuite, c’est toute une dynamique à entretenir, en interne et avec les habitants. Il faut être pédagogue, laisser le temps à tous pour se familiariser avec les outils et donner son avis de manière constructive.

CL – Pouvez-vous nous partager des bonnes pratiques concrètes tirées de votre expérience ?

C.K. – Un souvenir marquant de cette première expérience a été de voir les élus et agents de tous niveaux aller à la rencontre des citoyens, équipés de tablettes, pendant les cinq ateliers de rue de l’été. C’était très motivant pour tout le monde et cela a permis des échanges constructifs sur le projet de plan vélo, quels que soient les avis en la matière.

Stand de présentation de la consultation citoyenne sur le Plan vélo communal.

Pour stimuler la participation, une autre astuce a été de combiner l’inscription sur la plateforme avec le lancement des nouveaux conseils de quartiers. Une bannière sur le site de la ville permettait de rendre bien visible la démarche à suivre. 

CL – Quels obstacles avez-vous rencontrés ? Et comment avez-vous réussi à les surmonter ?

C.K. – Quand nous nous sommes lancés dans ce premier projet de plan vélo, l’organisation était incertaine et sans chargé de mission spécifique dédié aux mobilités. C’est en quelque sorte le lancement de la plateforme de participation citoyenne, avec des personnes motrices à qui le Maire a su faire confiance et sous l’œil bienveillant et enthousiaste des équipes, qui ont permis de structurer le projet en bonne et due forme et d’avancer rapidement. 

L’enthousiasme a été tel, que ce premier projet a très vite pris de l’ampleur. Nous avons cumulé différentes méthodes de participation citoyenne en ligne et hors ligne (quizz, cartographies, ateliers de rue, etc.)

Le Plan Vélo de Charenton a reçu près de 400 contributions. Nous avons été un peu impressionnés par cette masse d’informations à gérer. Les outils de gestion des données obtenues via la plateforme nous ont facilité le travail de compilation, de traitement et d’analyse des contributions habitantes. Celles-ci ont toutes été intégrées au schéma directeur cyclable de la Ville.

Discussions lors d’un atelier de rue sur le plan vélo de Charenton.

CL – Quelle a été selon vous l’efficacité de cette plateforme dans cette consultation ? Comment envisagez-vous l’avenir de la participation citoyenne en ligne à Charenton et quels sont les projets municipaux à venir

C.K. – La consultation des citoyens a nourri le plan vélo communal disponible en ligne, présentant les améliorations et  les travaux à venir. Les plus de 1200 visites et les près de 650 inscrits sur la plateforme participation en ligne au cours du Plan vélo et du lancement des Conseils de quartier sont très encourageants sur la volonté des Charentonnais de se mobiliser sur des problématiques touchant à leur quotidien.

L’équipe municipale et l’administration ont ensemble pu expérimenter la participation citoyenne numérique, ses outils pratiques et son potentiel. Les services sont maintenant sensibilisés quant à l’utilisation de la plateforme. Nous ne comptons pas nous arrêter à cette première expérience, mais lancer une vraie dynamique dans la commune. Prochaine étape, un budget participatif à Charenton ? 

Merci à Céline Khiari pour cet entretien et ses précieux conseils. 

Pour en savoir plus sur la participation citoyenne, vous pouvez lire :