La participation numérique réussit à toucher certains groupes qui sont difficiles ou impossibles à atteindre avec les formes traditionnelles de participation. Mais la participation numérique exclut-elle aussi certains groupes ?

L’inclusion signifie qu’aucun groupe de la société n’est exclu. La participation numérique est inclusive lorsqu’elle touche tous les groupes de la société, et quand ils peuvent pleinement participer. Dans ce contexte, l’inclusion ce n’est pas seulement l’accessibilité du logiciel utilisé, mais aussi le fait d’avoir une connexion Internet à sa disposition, un appareil sur lequel le logiciel peut fonctionner et maîtriser le numérique.

Pas de smartphone, pas de voix ?

L’exemple des élections présidentielles mexicaines de 2018 démontre que l’inclusivité de la participation numérique est un sujet pertinent. Pour la première fois, une femme indigène, María de Jesús « Marichuy » Patricio Martinez, est devenue candidate à l’élection présidentielle. Au Mexique, les candidats indépendants doivent recueillir 866 000 votes pour participer à l’élection. Ces votes doivent être collectés à travers une application mobile, qui ne fonctionne que sur les smartphones relativement récents.

En d’autres termes, un Mexicain avait besoin de trois choses pour donner à son candidat présidentiel indépendant un boost numérique : de l’électricité, des données mobiles et un smartphone, ce qui coûte facilement trois fois un salaire mensuel.

Chaque étape est importante

Rendre votre processus de participation inclusif ne tient donc pas d’une mesure ponctuelle. C’est un aspect important à prendre en compte tout au long du processus.

Nous vous guidons sur les différentes étapes :

  1. Configuration et communication
  2. Amenez le numérique à vos citoyens
  3. Personnalisez le logiciel
  4. Mesurez votre résultat

1. Configuration et communication

L’inclusion commence par la configuration de votre trajectoire de participation numérique. La manière dont vous concevez le programme détermine qui peut et veut participer au final. En plus des principaux généraux, comme l’utilisation de l’écriture inclusive et de visuels qui montrent le plus de groupes de population possibles, un certain nombre de points spécifiques sont particulièrement importants dans les programmes participatifs numériques.

Nous vous listons les plus importants :

  • Quand c’est possible, rendez disponible en différentes langues votre trajectoire de participation. C’est pourquoi CitizenLab vous donne la possibilité de proposer votre plateforme dans toutes les langues parlées dans votre ville.
  • Ne dissuadez pas des groupes en les obligeant inutilement à communiquer des données personnelles. Quand c’est possible, donnez-leur l’option de choisir un nom d’utilisateur s’ils craignent, à tort ou à raison, que leur vrai nom pourrait conduire à une discrimination numérique. Indiquez toujours clairement pourquoi vous demandez aux personnes certaines données personnelles.
  • Quelquefois, il peut être judicieux d’ouvrir un programme participatif à une partie de la population seulement. Cependant, soyez prudent. Ouvrir un projet de quartier aux résidents du quartier seulement est justifiable, mais limiter un projet général sur la mobilité aux hommes de plus de 45 ans l’est beaucoup moins.

2. Amenez le numérique à vos citoyens

Même si tout le monde se sent attiré par votre communication, il y a toujours des personnes qui ne peuvent pas participer car elles n’ont pas d’appareil adéquat ou de connexion Internet.

Placez vos propres ordinateurs

Afin d’offrir une solution adéquate à ce groupe aussi, les autorités locales peuvent installer un certain nombre d’endroits physiques où les personnes peuvent participer. Par exemple, Londerzeel et Marche-en-Famenne ont placé des ordinateurs à la bibliothèque et à la mairie. De cette manière, chaque citoyen peut avoir accès à la plateforme CitizenLab. Et parce qu’il y a toujours quelqu’un de présent de la municipalité, les personnes maîtrisant moins le numérique peuvent être aidées.

Une combinaison d’en ligne et de hors ligne (online et offline)

Paris a été encore plus créative. Pour son budget participatif, la ville a placé une centaine d’urnes de vote dans la rue où les citoyens pouvaient voter sur papier. Et à Sint-Niklaas et Schiedam, entre autres, les municipalités récoltent toutes les idées et les votes issus de sessions hors ligne et les intègrent, avec les contributions en ligne, à leur plateforme participative.

3. Personnalisez le logiciel

Vous avez fait tout ce qui est en votre pouvoir pour atteindre tout le monde et pour rendre possible la participation des personnes sans accès à vos projets participatifs numériques. Ce n’est pas la fin de l’histoire. Le logiciel que vous utilisez et le code de ce logiciel doivent aussi respecter un certain nombre de principes afin d’être suffisamment inclusif. L’inclusivité d’un logiciel se fait à deux niveaux.

La clarté plutôt que la créativité

Avant tout, il y a l’expérience générale. Même les personnes qui ne sont pas expertes de Fornite ou qui ne participent jamais à un hackathon doivent pouvoir s’y retrouver sur votre plateforme. Des buzzers et des cloches peuvent paraître sympa, mais si cela détourne l’attention des actions participatives centrales, alors cela fera plus de mal que de bien. Vous pouvez vous affranchir des conventions et être extrêmement créatif avec les vidéos, diaporamas, GIFs et les couleurs, mais si personne ne trouve votre bouton « Voter », vous n’atteindrez jamais vos objectifs.

Il y a également une différence entre l’expérience sur mobile et sur ordinateur. Chacune créé des attentes différentes de la part de vos utilisateurs. Chez CitizenLab, nous constatons que 47% des utilisateurs se connectent à leur plateforme à partir d’un mobile. Par conséquent les plateformes sur mobile restent reconnaissables, mais l’expérience est complétement différente.

Prise en compte des déficiences visuelles

De plus, il faut accorder une attention particulière aux personnes avec une déficience visuelle, comme les personnes âgées, afin de leur permettre de participer de manière numérique. Voici un aperçu des principales solutions:

  • Donnez aux images dans votre logiciel un « attribut alt », une description mot pour mot de l’image, choisie par vos soins, qui peut être lue par les ordinateurs pour les personnes aveugles et malvoyantes.
  • Pour la même raison, en plus d’une icône claire, vous pouvez aussi placer un petit texte sur chaque bouton et libeller vos champs de saisie.
  • De plus, travaillez le plus possible avec des contrastes de couleurs prononcés afin que le texte soit facile à lire pour tout le monde. Sur nos plateformes, nous offrons aux municipalités la possibilité de choisir la couleur principale en accord avec leur identité visuelle. Toutefois, si cela compromet la lisibilité de la plateforme, elles reçoivent un avertissement.
  • Enfin, nous avons rendu nos plateformes participatives complètement navigables au clavier. Ceci n’est pas seulement important pour les personnes avec une déficience visuelle, c’est aussi primordial pour les personnes avec un handicap moteur pour qui naviguer avec une souris est difficile ou impossible.

Normes que vous pouvez suivre

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur ce sujet, cet article Wikipédia est un bon point de départ. Et bien sûr, il n’est pas nécessaire de réinventer la roue. Il y a plusieurs normes internationales que vous pouvez appliquer pour rendre votre logiciel accessible. Nous utilisons les règles WCAG 2.0, et nous avons intégré des tests automatiques pour constamment vérifier si nous sommes toujours en conformité avec ces normes lorsque nous créons de nouvelles fonctionnalités.

4. Mesurez votre résultat

Finalement, mesurez à quel point votre processus participatif est véritablement inclusif. C’est pourquoi la page de statistiques pour chaque plateforme CitizenLab se concentre sur les données démographiques agrégées de votre public cible. De cette manière, vous pouvez facilement comparer un groupe avec un autre ou avec vos propres chiffres sur l’ensemble de la population. Ainsi, vous pouvez estimer la représentativité de votre plateforme participative numérique. Mais cela peut aussi être un point de départ pour se focaliser sur des groupes de population sous-représentés.


Nous espérons que cet article vous aidera à rendre votre processus participatif réellement inclusif. Des questions ? Ou souhaitez-vous évaluer votre plan avec un de nos experts ? Contactez-nous à hello@citizenlab.co. Nous serions ravis de vous aider !

There are currently no comments.