La participation citoyenne est en train de modifier le paysage politique en profondeur. Les initiatives citoyennes gagnent en popularité, les assemblées citoyennes sont appelées à délibérer sur des sujet clefs, et les méthodes de participation sont plus nombreuses que jamais. 

Le système traditionnel de consultation, dans lequel les citoyens sont appelés à se prononcer sur des sujets déterminées lors d’élections régulières, semble avoir fait son temps. Les citoyens veulent désormais engager un dialogue avec le gouvernement en dehors des périodes électorales, et décider eux-mêmes de l’ordre du jour des consultations. Pas plus tard que le printemps dernier, des adolescents du monde entier sont descendus dans la rue pour exiger une action immédiate de leur gouvernement en matière de climat. En France, l’une des revendications principales des gilets jaunes est le renouveau de la participation citoyenne, et l’instauration de procédés de démocratie directe. 

En tant que décideur politique ou membre d’une administration locale, ces changements peuvent sembler intimidants. Répondre aux demandes croissantes des citoyens nécessite un changement de cap fondamental, et la plupart des organismes gouvernementaux sont des institutions qui sont lentes à se transformer. De plus, le débat public en ligne ouvert à tous est souvent perçu comme un champ miné où l’anonymat encourage les critiques faciles.

Un souffle nouveau

En réalité, les citoyens s’expriment qu’ils aient une plateforme officielle ou non. Le débat public peut parfois être improductif sur les réseaux sociaux ou dans les forums privés, mais quand il est canalisé et écouté par les pouvoirs publics il devient le plus souvent constructif. Dans les données recueillies sur nos plateformes, nous constatons en effet que le pourcentage de commentaires de spam est remarquablement bas. En moyenne, le pourcentage d’idées signalées comme indésirables sur les 12 derniers mois n’était que de 0,186 %. Seulement 1,178% de tous les commentaires ont été supprimés par les administrateurs. Cela signifie qu’en moyenne, 99,8 % des idées affichées sont valides et 98,8 % de tous les commentaires ont une valeur ajoutée.

La participation citoyenne peut aider les décideurs à mieux appréhender les besoins des citoye s, augmenter le soutien aux décisions, ou encore donner un aperçu en temps réel de l’opinion publique. Voici quelques unes des raisons principales pour lesquelles implémenter des plateformes de gouvernance numérique peut être un véritable atout pour les gouvernements locaux : 

1. Bâtir la confiance.

La confiance des citoyens est l’un des premiers indicateurs à suivre pour les municipalités. Un lien mutuel fort entre les citoyens et leurs représentants est absolument essentiel pour bâtir une société durable qui profite à tous. Un manque de confiance des citoyens nuit à l’engagement, à l’adhésion aux politiques publiques et se traduit ensuite dans les urnes.

La participation citoyenne est également un excellent moyen d’ouvrir le débat et d’offrir aux habitants concernés une voix dans l’élaboration des politiques. Les gouvernements qui se montrent prêts à écouter les citoyens et valoriser leurs voix sont perçus comme plus légitimes et renforcent l’adhésion à leurs propositions. 

2. Bâtir un meilleur programme politique

La participation citoyenne permet aux élus de comprendre rapidement ce qui tient véritablement à coeur aux citoyens. Les méthodes de participation telles que la collecte d’idées ou les budgets participatifs sont un aperçu précieux des priorités citoyennes, et peuvent aider à améliorer les politiques publiques. 

3. Solidifier sa base électorale.

Il est bien évidemment impossible de prédire avec précision comment les citoyens vont voter. Les surprises électorales se produisent depuis la naissance du système démocratique, et continueront de se produire aussi longtemps qu’on peut l’imaginer.

Cependant, la participation citoyenne peut aider à éliminer une partie de cet élément de surprise. En déterminant quels sont les sujets qui comptent le plus pour les citoyens, il devient beaucoup plus facile d’évaluer le succès et la popularité d’un cycle politique. L’administration s’est-elle penchée sur les thèmes auxquels les citoyens ont donné la priorité ? A-t’elle tenu compte de l’opinion des citoyens ? Les propositions apportées par le gouvernement ont-elle reçu du soutien sur la plateforme ? Tous ces résultats sont autant d’indicateurs du taux de soutien aux décideurs politiques en place. 

4. Renforcer le sentiment de bien-être de votre communauté.

Les citoyens qui se sentent écoutés et justement représentés sont plus à même de s’engager et de s’épanouir dans leurs communautés. Une plateforme de participation peut également encourager le dialogue, rapprocher des habitants aux points de vue opposés et aider à développer le sens de l’écoute et de l’empathie. Ces bénéfices aident également à créer des communautés plus fortes et plus apaisées. 

5. Mieux investir ses ressources

L’un des principaux obstacles à la participation des citoyens est le coût présumé des plateformes. Bien souvent, les municipalités ont des ressources limitées et la participation numérique peut être  perçue comme un luxe superflu. Cependant, cette vision ne tient compte que de l’investissement initial et oublie les bénéfices et économies de long terme que peut apporter la participation citoyenne. En aidant les décideurs politiques à mieux appréhender les priorités des citoyens, une plateforme de participation numérique aide à mieux répartir les budgets municipaux et à investir ses ressources dans des projets qui tiennent à coeur aux habitants. Elle instaure un dialogue continu d’où peut arriver l’innovation, et assure les municipalités de pouvoir puiser en continu dans l’intelligence collective de leurs citoyens. 

There are currently no comments.