Beveren (49 000 habitants) est une commune de la province belge de Flandre orientale. Le territoire de Beveren est si vaste qu’il occupe la troisième marche du podium en terme de superficie après les villes d’Anvers et Gand. On y trouve notamment le port de Waasland (une partie importante du port d’Anvers), source de beaucoup d’activité mais aussi de quelques problèmes – au premier rang desquels les embouteillages.

Afin d’éviter la circulation dense causée par le port, les camions mais aussi de plus en plus de voitures utilisent des raccourcis à travers les zones résidentielles. Dans ce contexte, les nombreux travaux de voirie dans la commune suscitent des protestations. La création d’une nouvelle liaison avec Oosterweel afin de désengorger Anvers amène notamment sont lot de craintes.

Afin d’écarter autant que possible le trafic de transit des zones résidentielles, le collège communal a tranché en 2020 sur l’élaboration d’un nouveau plan de circulation de quartier. Pour s’assurer de l’adhésion de tous les citoyens, l’administration les a impliqué tout au long du processus. 

La lutte contre les embouteillages

Le processus de consultation a débuté au printemps 2020. L’autorité communale avait au préalable déjà formulé un certain nombre de propositions pour le nouveau plan de circulation et souhaitait les présenter aux habitants de tous les quartiers. À l’ère pré-Covid, ils auraient pu discuter de ce processus lors de soirées d’information traditionnelles ; le digital s’imposant de fait, la commune ont opté pour une plateforme numérique.

Dans une première phase, le conseil a déterminé les objectifs du projet. Un groupe de réflexion a ensuite été mis en place, au sein duquel des experts, des conseillers locaux, des conseils citoyens, des comités de quartier et le Fietsersbond (association cycliste) ont pu faire part de leurs réactions et de leurs contributions. Au cours de cette phase, une carte des points problématiques a été dressée, répertoriant les zones de la municipalité nécessitant une intervention. Les données recueillies au cours de cette phase ont été analysées en profondeur et traduites en mesures concrètes possibles pour chaque sous-zone.

Le processus de participation a par la suite réellement pu commencer. Lors de la 4ᵉ phase, les mesures proposées ont été présentées aux résidents. Plusieurs solutions possibles (comme la diminution de surface goudronnée de certaines rues, l’installation de barrières de tracteurs ou de bornes…) ont été proposées pour éloigner la circulation des zones résidentielles. Entre le 27 juin et le 14 août 2020, les résidents ont eu la possibilité d’indiquer leurs préférences en votant et en répondant aux options proposées sur la plateforme. Les contributions des citoyens ont nourri le processus de décision et ont contribué à une nouvelle proposition de la part des élu.e.s.

Résultats et mise en œuvre

La phase de consultation accessible au grand public s’est déroulée pendant l’été. Bien qu’il soit généralement plus difficile d’atteindre les gens pendant les vacances scolaires, la plateforme a attiré pas moins de 2800 visiteurs, dont 1010 se sont inscrits sur la plateforme. Ensemble, ils ont laissé +700 réactions et 2500 votes, soit une moyenne de 150 votes et 40 réactions par proposition. Plus surprenant encore : sur l’ensemble des personnes ayant participé, 18% (soit presque 1 participant sur 5) avaient moins de 30 ans, ce qui suggère que les jeunes de Beveren accordent une grande importance à la mobilité dans leur commune. 

« En échangeant plus souvent sa voiture pour son vélo, on rend son propre environnement plus sûr et plus vivable »

Raf Van Roeyen, Échevin de la mobilité – Commune de Beveren

Au début du processus de participation, 17 mesures ont été mises sur la table. Sur la base des contributions recueillies lors des différentes phases de participation, ce plan a été réduit à 13 mesures, qui seront mises en œuvre progressivement au cours de l’année 2021. La municipalité tiendra les résidents informés de l’avancement des travaux par le biais de lettres, de ses propres canaux de médias sociaux, et de la plateforme CitizenLab.

En plus d’un processus réussi et d’un niveau de participation dépassant les espérances, l’échevin de la mobilité, Raf Van Roeyen, affirme également qu’il y a eu un changement de mentalité. « La période écoulée nous a appris une chose : les habitants réalisent la valeur ajoutée des liaisons lentes à vélo et à pied dans les zones résidentielles. En échangeant plus souvent sa voiture pour son vélo, on rend son propre environnement plus sûr et plus vivable »

Et à l’avenir ?

Après le succès de l’élaboration du plan de circulation de quartier, la commune va utiliser la plateforme pour lancer de nouveaux projets de participation. Une première enquête sur la rénovation d’un monument de la commune a déjà réuni plus de 200 participants au printemps 2021.