La civic tech est maintenant partout. Les innovations technologiques ont envahi le champ démocratique, et ces outils sont en train de réinventer la façon dont les communes et agglomérations dialoguent avec leurs citoyens. Des plateformes de budgets participatifs aux sondages en ligne en passant par le recueil d’idées citoyennes, la civic tech fait maintenant partie du quotidien des mairies. Qu’en est-il des campagnes électorales ?

La présidentielle de 2012 aux Etats Unis a été la première à mettre en lumière les possibilités de la civic tech. En utilisant des outils numériques pour cerner les électeurs et aider ses ses militants à s’organiser, l’équipe de campagne de Barack Obama a gagné une longueur décisive sur ses adversaires. Depuis, l’usage de ces outils s’est démocratisé et de plus en plus de candidat.e.s s’en emparent pour mieux cerner les attentes des citoyens, associer ces derniers à la construction des programmes et ainsi mieux mobiliser les électeurs. Quelles sont les possibilités offertes par la civic tech ? Comment les candidats aux municipales peuvent-ils les mettre à profit ? Suivez le guide !

Augmenter la mobilisation

Les outils de civic tech sont avant tout un outil de mobilisation des communautés. Leur fonction première est d’aider les citoyens à communiquer entre eux, à s’organiser et à faire entendre leur voix. A l’échelle d’une campagne, de tels outils peuvent être de formidables atouts pour mobiliser les militants et s’organiser efficacement en interne. 

Des plateformes comme Actionkit fournissent des outils de campagne clefs en main. Rally permet d’organiser des levées de fonds en quelques clics seulement. CitizenLab donne aux partis la possibilité d’automatiquement segmenter les utilisateurs de la plateforme afin de communiquer de façon ciblée et offrir différents contenus pour les différents groupes de soutien. 


Envoi de messages ciblés à un groupe de militants sur la plateforme de CitizenLab

Au delà de l’aspect organisationnel, les outils de civic tech permettent également de consulter les militants et de véritablement leur donner une voix dans la construction du programme politique. Pour mobiliser les militants, « Il faut qu’il y ait une reconnaissance de l’investissement. Cela peut être un dîner avec le candidat ou l’accès à des groupes de travail pour élaborer la stratégie », déclarait ainsi récemment Florent Barre de Quorum au courrier des maires. Plus les militants se sentent écoutés et valorisés, plus la mobilisation augmente… et plus les candidats ont des chances de succès. 

Ecouter, cerner et cibler les électeurs

Ces dernières années, il a beaucoup été question de l’impact du big data sur les campagnes électorales. On invoque ainsi souvent le spectre de Cambridge Analytica, une entreprise qui utilise les données personnelles recueillies en ligne pour prédire de façon très précise les tendances de vote des électeurs et leur faire parvenir des messages micro-ciblés pour influencer leurs décisions. 

Ces techniques ont été développées par les équipes de campagne d’Obama en 2012, avant d’être perfectionnées et déployées à plus grande échelle lors de la campagne du Brexit puis des dernières élections présidentielles américaines et kenyanes. L’opacité et l’intrusivité de ces outils ont récemment valu à Cambridge Analytica de devoir venir s’expliquer devant le Parlement britannique

Depuis, de nouveaux outils qui se revendiquent de la civic tech tels que Callhub ou Acronym  tentent de démocratiser les recours à de tels outils et de redorer leur blason. Cependant, ces techniques sont encore souvent chères, mal perçues du grand public, et compliquées à mettre en place sans compétences techniques particulières. Qu’en est-il donc pour des équipes de campagne avec des moyens et des équipes réduites ?

A cette échelle, la réalité est bien moins effrayante (et bien plus atteignable). La collecte de données se fait au niveau des idées : les candidat.e.s sont en effet de plus en plus nombreux.ses. à consulter les citoyens lors de l’élaboration de leur programme. La consultation numérique permet d’atteindre un large nombre de citoyens et surtout d’entendre des voix qui sont absentes des habituelles réunions en mairie ou autres assemblées citoyennes : les jeunes, les parents, ou encore les citoyens issus de minorités. 

Ce processus permet également de mieux appréhender les attentes des citoyens, de voir comment elles varient selon les zones géographiques ou les critères démographiques, et ainsi de mieux communiquer avec les électeurs. Des plateformes telles que celle de CitizenLab permettent ainsi d’analyser automatiquement les contributions citoyennes, et de voir en un coup d’oeil les principales tendances qui en ressortent. 


Analyse automatisée des commentaires sur la plateforme de CitizenLab

Cette approche, bien plus transparente que la récolte de données personnelles sur internet, permet de tisser un lien durable avec les citoyens. C’est une façon de gagner la confiance des électeurs et d’exploiter l’intelligence collective des habitants d’une ville. De plus, des études récentes ont montré que les programmes auxquels les citoyens peuvent contribuer sont souvent perçus comme étant plus légitimes une fois mis en place. 

Pour plus d’informations sur ces plateformes, n’hésitez pas à contacter CitizenLab ou à découvrir nos études de cas.

Ce post a initialement été publié sur CivicTechno.

Plus d’articles au sujet de la participation citoyenne et la transformation numérique

There are currently no comments.