Les citoyens et leur administration travaillent souvent main dans la main avec sur une variété de sujets différents : la culture, l’aménagement urbain, le budget, et même l’organisation d’événements. Mais quels projets sont les plus propices à la collaboration en ligne ?

1. L’engagement citoyen autour des infrastructures

L’aménagement urbain est généralement un sujet brûlant. Un nouveau bâtiment ou une route élargie peuvent susciter l’enthousiasme, mais aussi parfois des mécontentements. Certains veulent aller plus vite en voiture, certains veulent trouver une place de parking plus rapidement, et d’autres ne veulent pas du tout avoir de voitures devant chez eux.

D’autre part, le budget de la ville est limité, il est donc nécessaire d’atteindre un consensus. Avoir une plateforme de participation digitale aide les villes à rassembler ces différentes opinions au même endroit. Tout le monde ne peux pas se joindre aux réunions publiques : certains résidents ne peuvent pas toujours être présents car ils sont occupés et n’ont pas toujours le temps de se déplacer. Sur une plateforme de participation en ligne, tous les habitants concernés peuvent travailler ensemble, tandis que l’administration de la ville peut facilement suivre et modérer la discussion.

Un example de projet d’infrastructure pourrait être par exemple le réaménagement d’un parc, comme dans la ville belge d’Hasselt. Les citoyens peuvent partager leur vision de ce nouvel espace vert et, grâce aux discussions sur la plateforme en ligne, le projet d’un parc façonné par les citoyens émerge. Plus de 100 propositions ont été soumises par les habitants. Les premières idées sont actuellement mises en place. De cette façon, le budget de la ville est réellement dépensé selon les souhaits des citoyens, selon leurs préférences.

 

2. L’engagement citoyen autour du budget de la ville

Les villes ont souvent beaucoup de dépenses et veulent donc dépenser leur budget intelligemment. Les citoyens sont ceux qui connaissent le mieux leur ville, il est donc plus simple pour eux de suggérer dans quel domaine ils préfèreraient voir l’ argent dépensé. Ils y vivent, travaillent, et profitent de leur temps libre, ils savent donc souligner lorsque l’argent est mal dépensé. Il est non seulement utile d’utiliser une plateforme de participation en ligne pour économiser de l’argent, mais ça l’est aussi en ce qui concerne l’investissement de ce budget. Sur une telle plateforme, les citoyens ainsi que les élus et les employés de la ville peuvent partager leurs idées. Seules les idées qui récoltent le plus de votes sont ensuite discutées au conseil ou en réunion afin de les implémenter. Les rapports automatisés rendent la gestion des données faciles, pour qu’aucune ressource supplémentaire ne soit nécessaire.

Par exemple, le gouvernement danois utilise la plateforme de participation en ligne de CitizenLab afin de trouver les meilleures idées pour bâtir une société d’avenir, pour le peuple mais aussi pour l’économie. Les meilleures idées sont récompensées puis mises en place !

Sur l’échelle de la participation citoyenne (telle que formulée par Sherry Arnstein), une différence subsiste entre un partenariat citoyen-ville et le contrôle complet par les citoyens. Le terme budget participatif implique un contrôle citoyen, ou du moins, une délégation de pouvoir. Pour en savoir plus, lisez notre article sur le budget participatif.

3. L’engagement civique autour des plans de ville

La participation citoyenne peut être très utile afin de concevoir un plan de ville pertinent selon les souhaits de la population. Les citoyens peuvent s’exprimer sur des sujets divers : un nouveau quartier, une nouvelle stratégie touristique, un renouveau du centre ville, ou plus généralement, sur des thèmes comme la culture, l’environnement, le social, le commerce, les sports. Le large éventail de domaines qui constituent un plan de ville implique de multiples sessions de réflexion. C’est une tâche difficile que de rassembler les avis des citoyens sur tous ces sujets, car cela serait tout simplement trop long. Heureusement, le caractère asynchrone de la plateforme digital le permet : chacun participe lorsqu’il a le temps.

A Liège, durant 4 mois, les citoyens ont été mis à contribution pour partager leurs idées pour le futur de la ville. Plus de 1 000 idées ont été collectée, avec près de 100 000 votes, ce qui a contribué au succès de la plateforme. 30 000 citoyens ont participé. C’est difficilement atteignable sans un tel outil.

 

4. L’engagement civique autour de la mobilité

Lorsqu’on se rend au travail, que l’on va faire ses courses, et même pendant notre temps libre, il peut nous arriver de passer une grande partie de notre journée dans les transports. Les bouchons, les bus bondés, les pistes cyclables et les trottoirs endommagés : les citoyens peuvent souvent avoir l’impression qu’ils ont les bonnes solutions pour régler ces problèmes.

La Région de Bruxelles utilise une plateforme de participation en ligne CitizenLab pour leur plan de mobilité afin de partager l’information avec les usagers.

Auparavant, la région définissait de nouvelles règles de mobilité après plusieurs années et une longue analyse en interne à huit-clos. Après avoir vécu une implémentation difficile qui a même parfois impliqué des retours en arrière, la région s’est rendu compte qu’impliquer les citoyens et les commerces locaux était bénéfique.

5. L’engagement civique dans les quartiers

Les grandes villes sont souvent composées de plusieurs quartiers avec leurs propres identités sociales et économiques. Il est recommandé de gérer les problèmes de ces écosystèmes de façon locale en amenant la discussion au plus proche des habitants concernés. Sur une plateforme de participation en ligne, il est possible d’utiliser des cartes et des pages projets pour géolocaliser les propositions au sein d’un quartier.

6. L’engagement civique autour de la culture, de l’éducation et du bien-être

Les communes organisent souvent des événements auxquels leurs citoyens peuvent participer. Une exposition temporaire au musée local, un festival culturel, une nouvelle activité sportive pour les jeunes, etc. enrichissent la communauté et sont des bons moyens d’occuper le temps libre des citoyens. Ces initiatives proviennent souvent des citoyens eux-mêmes s’ils parviennent à lever un enthousiasme et des fonds suffisants pour les organiser. Le problème est le suivant : ceux qui ont des bonnes idées ne savent pas toujours avec qui les partager au sein de l’administration de la ville. Une plateforme de participation en ligne simplifie le fait de trouver d’autres habitants intéressés par le même projet afin de le réaliser. Mais il n’est pas toujours nécessaire d’avoir un projet déjà fixé. D’une petite idée peut émerger un grand projet : de façon bottom-up et non top-down. C’est ce qui fait de la ville un espace vivant, durable, et tourné vers le futur.

D’autres choses ?

CitizenLab AppVous avez d’autres idées en tête ? Dites nous tout ou découvrez la plateforme CitizenLab ici.

Et pour encore plus d’exemples, découvrez nos études de cas !