Il existe de nombreuses façons pour les gouvernements locaux d’impliquer leurs citoyens dans les processus décisionnels.

Ces différentes méthodes tendent à avoir des objectifs variés et à opérer dans des contextes spécifiques. Les budgets participatifs, par exemple, impliquent les citoyens d’une autre manière et occupent une autre place sur l’échelle de participation qu’une enquête en ligne sur la rénovation d’une aire de jeux. Et même en dehors de la méthode que vous choisissez, de nombreux facteurs locaux peuvent influencer l’avancement, la mise en œuvre et la légitimité de votre projet de participation.

Néanmoins, il existe quelques facteurs qui permettent de mesurer le succès de vos efforts de participation. Vivien Lowndes et Lawrence Pratchett, respectivement professeure de politique publique à l’Institut d’études sur la gouvernance locale, et professeur de démocratie locale et directeur de l’Institut d’études sur la gouvernance locale de l’université De Montfort à Leicester, ont mis au point un outil de diagnostic clair « qui anticipe les obstacles à l’autonomisation et les relie aux réponses politiques ». En bref, il identifie cinq critères pour que la participation citoyenne atteigne son efficacité maximale.

1. « Can do » (« Pouvoir ») : ressources, informations et connaissances

La première lettre de l’acronyme CLEAR, le C, signifie « Can do » (« Pouvoir »). Après tout, avant de pouvoir mesurer le succès de votre projet de participation, vous devez vous assurer que les citoyens disposent des compétences et des outils nécessaires pour participer.

Pour qu’un projet de participation soit légitime et démocratiquement valable, votre public participant doit être représentatif de votre population globale en termes de sexe, d’âge, d’ethnicité et de géographie. Cela est moins important si vous ciblez une partie spécifique de votre communauté, comme les adolescents ou les résidents d’un certain quartier. Mais même dans ce cas, il est essentiel de diversifier votre public et d’entendre la voix du plus grand nombre possible de vos citoyens.

Il est essentiel de mettre l’accent sur l’inclusion et la représentativité lors de la mise en place d’un projet de participation. Il s’agit notamment d’évaluer vos stratégies de communication, de combiner les campagnes en ligne et hors ligne, et d’utiliser un logiciel facilement accessible à tous. Ne vous inquiétez pas – vous trouverez tout ce que vous devez savoir dans notre guide gratuit Inclusion et e-démocratie.

2. « Like to » (« Vouloir ») : attachement et fiabilité

Une fois que vous avez indiqué précisément à vos citoyens comment ils peuvent participer, il est essentiel de leur faire savoir pourquoi ils doivent le faire. Dans le modèle CLEAR, le L signifie « Like to » (« Vouloir »). Pour qu’un projet de participation soit couronné de succès, vous devez sensibiliser les citoyens à votre projet et les convaincre de s’impliquer.

Une façon de donner une impulsion à votre projet est de penser à un lancement fort et original. On dit que si vous avez bien lancé votre projet de participation vous avez remporté la moitié de la bataille. Plus les citoyens connaitront votre projet et y verront la valeur ajoutée de leur participation, plus votre projet bénéficiera de leurs contributions. Une bonne stratégie de communication garantit que au-delà d’atteindre les bonnes personnes, votre message les obligera à se sentir concerner et ainsi à s’impliquer dans le processus.

Dans notre guide de communication gratuit, vous découvrirez exactement comment mettre en place votre stratégie de communication.

3. « Enabled to » (« Encourager): opportunité et participation

Le E dans le modèle CLEAR signifie « Enabled to » (« Encourager »). Pour participer, vous devez donner aux citoyens la possibilité de le faire. Ce point semble étroitement lié à l’élément « Can do  » (« Pouvoir »), mais alors que ce dernier est davantage axé sur les compétences et les connaissances des citoyens sur la façon de participer, cet élément se concentre sur l’infrastructure civique qui permet la participation.

Selon Lowndes et Pratchett, « l’existence de réseaux et de groupes qui peuvent soutenir la participation et qui peuvent fournir une voie d’accès aux décideurs, est donc essentielle à la vitalité de la participation ». Cela inclut la mobilisation de différents groupes sociaux, dont vous trouverez plus d’informations dans les guides d’inclusion et de communication mentionnés ci-dessus. Mais cela signifie également que, au sein de votre conseil, toutes les parties prenantes doivent être inclues. Cela commence par l’organisation interne de votre projet de participation.

Notre guide de la participation numérique, est un véritable mode d’emploi qui explique, pas à pas, comment lancer un processus de démocratie participative en ligne.

4. « Asked to » (« Mobiliser »): mobilisation et sensibilisation

Le A de CLEAR signifie « Asked to » (« Mobiliser »). Selon Lowndes et Pratchett, la volonté des gens de participer dépend souvent de « si ils sont abordés ou non et de la manière dont ils sont abordés ». Demandez-vous clairement à vos citoyens de s’engager ? À quels citoyens le demandez-vous ? Et lorsque vous demandez, que leur demandez-vous de faire exactement ?

Il existe de nombreuses manières d’impliquer vos citoyens, et la méthode de participation que vous choisissez pour soutenir votre projet et votre objectif est importante. Offrir une variété de méthodes est sans doute la meilleure option, car si certaines personnes sont à l’aise pour assister à une réunion publique, d’autres préfèrent se joindre à une discussion en ligne ou prendre quelques minutes pour participer à un sondage en ligne. Et en plus de savoir ce que vous voulez que les gens fassent, prenez aussi un moment pour réfléchir à quel moment vous préférez qu’ils s’impliquent. Chaque étape du cycle politique est différente, et l’impact de la contribution des citoyens peut varier selon le moment choisi.

Dans ce guide gratuit, vous découvrirez 6 méthodes différentes de faire participer vos citoyens en ligne, avec des conseils pratiques de mise en œuvre et des études de cas inspirantes.

5. « Responded to » (« Implémenter ») : action et mise en œuvre

Enfin, le R dans CLEAR signifie « Responded to » (« Implémenter ») : « pour que les gens participent, ils doivent être convaincus qu’ils vont être écoutés et, s’ils ne sont pas toujours d’accord, au moins en mesure de voir que leurs points de vue ont été pris en compte ». Les citoyens seront moins enclins à participer s’ils mettent en doute l’impact de leur effort.

Le principal problème ici est que cela repose sur un sentiment de confiance qui, tout comme Rome, ne se construit pas en un jour. Vous devrez prouver à vos citoyens, encore et encore, que leur contribution est non seulement bienvenue, mais aussi appréciée et activement prise en compte. La meilleure façon d’y parvenir est de mettre en place un cycle récurrent de projets de participation et de tenir vos citoyens constamment informés de leurs progrès.

Une fois que vous avez lancé un projet de participation, il est également important de mesurer votre impact et, si nécessaire, d’ajuster votre parcours. Mais comment pouvez-vous mesurer des paramètres aussi intangibles que la confiance, l’engagement ou le dialogue démocratique ? Dans ce guide gratuit, nous examinons les choses à faire et à ne pas faire pour mesurer l’impact, en nous concentrant plus particulièrement sur les plateformes de participation citoyenne en ligne.


Curieux de voir comment vous pouvez faire participer vos citoyens ? Organisez une démo gratuite !

There are currently no comments.