Qu’arriverait-il si nos démocraties évoluaient, dans le futur, vers un système à la Tinder qui consiste à passer au suivant d’un glissement du doigt et qui encourage les citoyens à diriger les décideurs ?
Ce technofutur et loin d’être impossible, et il est la toile de fond parfaite pour ‘Disco Sour‘. Wietse Van Ransbeeck (Fondateur de CitizenLab) interviewé par l’auteur Giuseppe Porcaro sur le thème omniprésent de la démocratie d’Internet.

DISCO SOUR: Synopsis

Un politicien, accro aux applications de rencontres, embarque pour un voyage existentiel pour sauver la démocratie d’une extinction programmée.


Au lendemain d’une guerre civile continentale, les États-nations se sont effondrés, l’Union européenne™ résiste, empêchant l’anarchie.

Bastian Balthazar Bux est un membre éminent de The Federation®, le réseau européen de la société civile et des gouvernements locaux. Bastian vient d’être largué via une application, le BreakupShop™. Le cœur lourd, il veut ne pense qu’à une seule chose, boire, se mettre au travail et oublier ses déboires sentimentaux.

Il découvre, cependant, que Nathan Ziggy Zukowsky envisage de vendre Plebiscitum®, une application pour les élections construite sur les mêmes bases qu’un site de rencontre, lors de la conférence à laquelle il est invité au Chili.
Encore habité par ce qu’il vient de se passer dans sa relation récente, il se retrouve obligé de composer son indispensable téléphone Morph®, quelques heures seulement avant d’entreprendre son voyage pour tenter de sauver la démocratie.

Parviendra-t-il à la conférence qui se déroule à l’autre bout du monde ? Arrivera-t-il à empêcher Zukowsky de vendre son application ? Et trouvera-t-il un moyen de survivre à sa rupture ?

DISCO SOUR s’est vu décerner le deuxième prix ‘Prix Altiero Spinelli pour la sensibilisation, et la diffusion des connaissances sur l’Europe’ par l’Union européenne.

son très important téléphone Morph®, quelques heures seulement avant d’entreprendre son voyage pour tenter de sauver la démocratie.

Parviendra-t-il à la conférence qui se déroule à l’autre bout du monde ? Arrivera-t-il à empêcher Zukowsky de vendre son application ? Et trouvera-t-il un moyen de survivre à sa rupture ?

DISCO SOUR s’est vu décerner le deuxième prix ‘Prix Altiero Spinelli pour la sensibilisation, et la diffusion des connaissances sur l’Europe’ par l’Union européenne.

Wietse Van Ransbeeck : Bonjour, Giuseppe, rentrons directement dans le vif du sujet. D’où vient l’inspiration de ce livre éminemment politique ?

Giuseppe Porcaro : ‘L’inspiration m’est venue des tendances politiques et technologiques que j’ai vues se développer ces dernières années.

J’ai eu la chance, à l’approche des élections européennes de 2014, de participer à la communications du Forum européen de la jeunesse pour une campagne paneuropéenne visant à amener les gens à voter. Les tensions en Europe étaient palpables à ce moment-là, et tous les signes avant-coureurs étaient réunis pour les grands changements que nous avons vécus depuis : le Brexit et la montée du populisme.

Dans le même temps, nous avons connu la montée d’un nouveau type de mouvement politique. Alors que les partis traditionnels faisaient campagne sur les réseaux sociaux, des mouvements tels que le Mouvement 5 étoiles en Italie avaient cinq longueurs d’avance en utilisant le Web d’une manière totalement différente. Au cours de la campagne présidentielle américaine, Tinder a soudainement lancé son application ‘Swipe the Vote’ — une application qui vous permet de connecter les problèmes qui vous préoccupaient avec le candidat le plus approprié.

Et tout à coup, le livre n’était plus un livre de science-fiction, puisque la réalité avait rejoint la fiction.

Vous avez aussi été influencé par les recherches que vous aviez faites plus tôt, n’est-ce pas ?

‘En effet, c’était le dernier élément qui m’a inspiré : mes recherches sur l’Internet des objets et son impact sur la démocratie en tant qu’industrie.’

‘Si vous pouvez avoir une maison intelligente, si vous aimez les films recommandés par algorithme sur Netflix ou la musique sur Spotify, pourquoi la démocratie ne pourrait-elle pas être automatisée avec des algorithmes similaires ?’

‘Le livre s’articule autour de cette question futuriste : que peut-on imaginer de plus aujourd’hui ?’

Vous introduisez le concept de démocratie directe basée sur les problèmes dans le livre. Pourquoi s’intègre-t-il dans cette histoire politiquement dystopique ?

‘L’un des arguments souvent entendus pour introduire la démocratie directe est que notre système démocratique représentatif ne fonctionne plus, nos politiciens étant corrompus. À mon avis, c’est un faux raccourci pour justifier la démocratie directe.

Ce que l’on ne sait pas toujours à propos de la démocratie directe, c’est que cela peut être très manipulateur — eh oui, même si vous le mettez sur une blockchain (rire). Pensez à toutes les fausses nouvelles avec le référendum sur le Brexit. Ces référendums polarisent leur nature même, ne laissant au votant qu’un choix par oui ou par non.

À ce propos, ma principale critique sur la démocratie directe est qu’elle conduit à l’individualisation de la démocratie. La participation à la vie communautaire fait la vie politique, mais la technologie menace d’une manière ou d’une autre toute cette idée. Les bulles de filtrage en ligne qui nous ont tous enfermés risquent de manipuler la population avec de fausses informations et, par conséquent, de diriger le résultat.

En fin de compte, atteindre le résultat final n’est pas le seul objectif de la participation politique — le processus pour y parvenir et la recherche du compromis entre différents points de vue sont certainement autant le but.’

Comment la technologie pourrait-elle être utilisée au profit de nos démocraties ?

‘J’aimerais insister sur le fait que le livre n’est pas une critique de la technologie.’

‘Que la technologie soit bonne ou mauvaise cela dépend des personnes qui la créent.’

‘La technologie est toujours conçue pour un objectif précis. Pour simplifier, Facebook a été conçu pour devenir une machine publicitaire qui ne cesserait de croître.

Je crois cependant que la technologie peut aussi servir à faciliter la participation des citoyens et les discussions au cœur des communautés. Nous devons nous demander comment une telle démocratie en ligne devrait prendre forme pour éviter que nous construisions ces plates-formes dans le seul but d’aider les politiciens à obtenir des votes. La technologie est accompagnée d’une grande responsabilité de conception.’

Cela nous amène à une autre question intéressante. Disco Sour introduit l’idée d’automatiser la politique. Avons-nous véritablement besoin de politiciens ?

‘Les politiciens peuvent faire une synthèse de la vision et de la finalité de ce que nous voulons réaliser. Ce serait un scénario extrêmement dystopique que de considérer la démocratie comme la simple somme des votes. La démocratie ne concerne pas la règle de la majorité, mais l’obtention d’un résultat optimal pour l’ensemble.’

‘Une démocratie digitale devrait être plus que la simple addition des votes.’

‘D’un point de vue plus pratique, il n’est pas souhaitable que les citoyens soient invités à voter tout le temps, ce qui nous rendrait paradoxalement des politiciens à plein temps. Certaines décisions nécessitent également une expertise technique — pensez à la législation par exemple — et des compétences non techniques telles que la négociation, ainsi que la grande capacité à trouver des compromis. Ce sont des compétences qu’un humain peut maîtriser, mais pas une machine.

Il est cependant difficile de nier qu’il n’y a pas un manque de confiance croissant vis-à-vis des politiciens de nos jours. Les mouvements populistes, tels que le Mouvement 5 étoiles italien, par exemple, s’engouffrent intelligemment dans cet espace vide.’

Dans quelle mesure le Mouvement 5 étoiles vous a-t-il inspiré pour écrire ce livre ?

« Eh bien, permettez-moi d’être clair à ce sujet : la montée du Five Star Movement m’inquiète beaucoup. »

Internet democracy
Rousseau — la plateforme de démocratie d’Internet de Five Star Movement.

Leur discours qui consiste à dire ‘Nous devons nous débarrasser des politiciens et du vieux monde. Les citoyens peuvent diriger, alors pourquoi avons-nous besoin de politiciens corrompus ?’ est très trompeur.

Le parti n’a pas de structure formelle : il n’a pas de secrétariat ni de comité exécutif élu. Il n’existe que sur le net. Cependant, ce qui est derrière cette structure en ligne, c’est essentiellement une structure d’entreprise.’

Dans quelle mesure, le livre est-il également un appel au sursaut pour nos décideurs ?

Ça l’est évidemment. Nos politiciens doivent moderniser la façon dont ils dirigent les partis politiques.

Mais pas seulement cela, ils devraient aussi préparer la démocratie de demain et faire évoluer les cadres de gouvernance technologique et de données. Ils doivent commencer à penser à des moyens innovants pour  mobiliser les gens dans la vie politique, en utilisant la technologie.’

Enfin, le livre aborde également de nombreux autres thèmes, parmi lesquels l’analogie avec les sites de rencontre.

‘En effet, le rôle central de la technologie dans ce livre n’est pas seulement lié à la manière dont elle affecte la politique, mais également à la manière dont elle influence les relations humaines, qui progressivement, prennent une autre forme. Le livre traite des ruptures pour la génération Tinder. À cet égard, le thème de la rencontre est plus qu’un aspect romantique que je voulais ajouter au livre.

Le problème de l’atomisation des relations humaines est une métaphore de nos problèmes politiques. Dans le livre, le protagoniste est totalement bloqué après une rupture, il est en quelque sorte une métaphore de la façon dont la démocratie est bloquée.

Il y a eu une rupture. Il y a un manque évident de confiance des citoyens envers la classe politique. Cependant, des ruptures sont nécessaires pour avoir une relation. Réfléchissons à la manière de régler notre relation avec la démocratie, plutôt que de la laisser tomber.’


*Une dystopie est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur. Une dystopie peut également être considérée, entre autres, comme une utopie qui vire au cauchemar et conduit donc à une contre-utopie.

There are currently no comments.