Il ne s’agit pas d’un rêve, cela se réalise dans de plus en plus de villes, qu’elles soient petites ou grandes. En 2015, les citoyens de plus de 1 500 villes réparties dans le monde entier décidaient de la façon dont le budget de leur ville devait être dépensé. C’est ce qu’on appelle le « budget participatif ».

Nous commençons avec sept exemples inspirants du monde entier. Ensuite, nous en tirons des conclusions générales sur l’impact potentiel du budget participatif.

Inspiration

Carte: 7 exemples inspirants de budget participatif

1. Séoul, La Corée du Sud

Séoul dépense un budget annuel de 50 milliards de won coréens (= 39 millions €) sur des projets inscrits dans son budget participatif. En 2017, la capitale sud-coréenne a réussi à convaincre 117 000 citoyens de participer à un projet percutant axé sur un quartier défavorisé au sein de l’arrondissement de Mapo. En plus de lancer un projet de conception environnementale pour prévenir le crime, ils ont également créé le centre communautaire de Sogeumnaru. Fait remarquable, ce projet a été réalisé partiellement par des résidents et financé en partie par des fonds provenant d’entreprises et de résidents.

Grâce à ce projet particulier, la préoccupation pour la sécurité a diminué et des milliers d’officiers civils et d’hommes politiques locaux nationaux et étrangers se rendent dans la région pour tirer des leçons de cet exemple.

2. Paris, France

Paris a décidié de dépenser 5% de son budget d’investissement dans le cadre du budget participatif de 2014 à 2020, soit un total d’un demi-milliard d’euros. La capitale française mène un budget participatif sur différents niveaux : un projet pour l’ensemble de Paris, un pour chaque arrondissement, ainsi que des projets spécifiques de budget participatif pour les quartiers démunis. De plus, les écoles et les associations de jeunesse ont également leurs propres projets de budget participatif.

La majorité des idées recueillies concernant les projets du budget participatif de Paris sont orientés vers la construction d’une « autre ville envisageable ». Parmi les sujets récurrents, citons l’agriculture urbaine, l’écologisation de la ville, et la prise en charge des réfugiés et des personnes sans abri. En guise d’illustration, 3 000 trousses de santé et de survie ont été distribuées aux sans-abri. Des architectes et des planificateurs ont également été consultés pour concevoir des espaces novateurs dans le but de mettre en place des abris temporaires ou mobiles.

Le budget participatif à Paris a également un impact sur l’administration municipale. Les directions municipales ont appris à réagir beaucoup plus rapidement et à coopérer sur des propositions de budget participatif qui sont souvent réparties sur plusieurs directions.

3. Porto Alegre, Brésil

Dans les années 80, Porto Alegre fut la première ville à lancer un projet connu sous le nom de budget participatif. Le budget participatif a favorisé une distribution plus équitable des services municipaux dans cette ville du Brésil. En 1997, les raccordements d’égouts et d’eau potable sont passés de 75 % à 98 % ; les budgets de santé et d’éducation sont passés de 13 % à environ 40 % ; le nombre d’écoles a quadruplé et la construction de routes dans les quartiers pauvres a quintuplé.

4. Toronto, Canada

Le cas de Toronto est un exemple particulier dans la liste. La ville de Toronto possède sa propre société de logement communautaire. Celle-ci gère 6% de son parc immobilier. Sur le budget de cette société, 7 millions de dollars canadiens sont attribués chaque année dans le cadre du budget participatif. Les locataires peuvent ainsi participer et prendre des décisions sans l’approbation de la Ville car cette initiative se déroule dans le cadre des budgets de l’entreprise. Étant donné que la majorité des locataires proviennent de milieux socialement défavorisés, le projet de budget participatif a eu tendance à privilégier ces groupes et a eu également une vertu pédagogique en permettant aux locataires de participer aux décisions publiques.

5. Chengdu, Chine

Chengdu, une ville chinoise de 14 millions d’habitants avec une combinaison de zones rurales et urbaines, a commencé son projet de budget participatif en 2011. Deux millions de brochures ont été distribuées aux citoyens pour faire connaître le processus et les objectifs. Depuis, 50 000 petits projets ont été validés. La grande majorité d’entre eux portent sur les services de base, les services locaux et les infrastructures, comme les routes de village et l’approvisionnement en eau. La particularité dans ce cas-ci réside dans le choix qui s’offre aux citoyens : soit dépenser les ressources du budget participatif pour des actions immédiates, soit les utiliser comme un acompte sur un prêt collectif pour des projets bien plus importants. Dans ce dernier cas, le prêt est remboursé par une partie du budget participatif au cours des années suivantes.

6. Rosario, Argentine

La ville de Rosario en Argentine a associé le budget participatif à une approche appelée « gender budgeting ». En pratique, cela signifie qu’il faut prendre des mesures appropriées pour intégrer plus de femmes dans le processus de budget participatif et pour accroître la sensibilisation de tous les participants sur les problèmes des sexes ainsi que sur l’impact des projets de budget participatif sur ces sujets.

7. New York, États-Unis

Ce magnifique court-métrage sur le projet de budget participatif de la ville de New York est notre septième et dernier exemple.

Pourquoi le voudriez-vous ?

Inspiré ? Bien ! Par contre, le budget participatif a-t-il aussi un impact réel sur la communauté qui l’utilise ? Les arguments suivants peuvent vous convaincre :

Infographie: avantages d’un budget participatif

Court terme

À court terme, le budget participatif peut mener à de meilleures décisions  ainsi qu’à des choix plus équitables en accordant aux membres de la communauté le droit de se faire entendre sur la façon dont une partie du budget municipal est dépensé. Les statistiques montrent que le budget participatif entraîne une augmentation relative du budget attribué à des projets axés sur les besoins des communautés marginalisées. Selon le montant des fonds alloués dans le cadre du budget participatif, il pourrait se révéler un puissant instrument de redistribution en faveur des pauvres.

Mi-parcours

À mi-parcours, on constate que les projets de budget participatif augmentent la reconnaissance publique du rôle de la ville dans la composition et la dépense d’un budget. Une fois mise en œuvre avec rigueur, le budget participatif accroît la transparence des dépenses publiques. Ainsi, elle peut réduire la corruption et le clientélisme.

Long terme

À plus long terme, le budget participatif permet de créer un capital social en renforçant les organisations communautaires, en les mettant en contact avec leurs communautés, et en formant des citoyens actifs et démocratiques.

Inspiré ? Rien ne vous empêche de commencer à expérimenter dans votre propre ville. Faites-nous savoir si nous pouvons aider.

Ressources supplémentaires

  • http://www.in-loco.pt/upload_folder/edicoes/1279dd27-d1b1-40c9-ac77-c75f31f82ba2.pdf
  • http://portugalparticipa.pt/upload_folder/table_data/c3164679-c343-4715-b198-576aee3d4ad1/files/dialog-global.pdf
There are currently no comments.